Issue de l’ex-Yougoslavie, la Slovénie possède une solide tradition musicale.
D’origine slave, les Slovènes s’établirent dans la région au 6e siècle. Après avoir été sous la souveraineté de la Bavière, puis envahis par les Magyars, les principautés slovènes furent peu à peu réunies par les Habsbourg et fortement germanisées. Après la chute de l’Empire austro-hongrois, à la fin de la Première Guerre mondiale, la Slovénie fut rattachée aux royaumes de Serbie et du Montenegro, puis englobée dans la future Yougoslavie. En 1992, la Slovénie devient une république indépendante.

Du fait de son histoire, la musique de la Slovénie est étroitement liée aux musiques germaniques et hongroises. Elle a longtemps été d’inspiration “traditionnelle populaire”. Au 19e siècle, la musique classique (celle de Jacob Gallus, par exemple), permettait l’expression du sentiment national. Après la Première Guerre mondiale, des compositeurs de musique “savante”, comme Marij Kogoj et Slavko Osterc, rejoignirent le courant musical européen. Parmi les compositeurs slovènes actuels, le plus connu est, sans conteste, Vinko Globokar, qui vit en France.

La vie musicale. Aujourd’hui, la Slovénie s’enorgueillit de posséder cinq orchestres professionnels qui accueillent chaque année près de 200 000 auditeurs. Les principaux sont l’Orchestre philharmonique slovène et l’Orchestre symphonique de la Radio et de la Télévision. La Slovénie compte également deux maisons d’opéra et de ballet. Des festivals ont lieu dans la capitale, Ljubljana, ainsi qu’à Maridor, deuxième ville du pays.

1 700 associations culturelles existent en Slovénie, parmi lesquelles de nombreux ensembles instrumentaux et vocaux.

Parmi les artistes de renommée internationale figure au tout premier plan la mezzo soprano Marjana Lipovsek. Citons aussi les noms de Dubravka Tomsic, pianiste, et d’Irena Grafanauer, flûtiste.

 

Nous Ècrire